GDS de l'Isère GDS des Savoie GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Bovin

Publié le 02/01/2002

Les prophylaxies obligatoires

Les mesures obligatoires pour la prophylaxie des maladies animales comportent :

- les dépistages périodiques pour maintenir les qualifications sanitaires ;
- la vaccination contre les maladies pour lesquelles cela a été rendu obligatoire (FCO pour les bovins et les ovins, Charbon dans les communes à risque,...) ;
- pour les ruminants et les porcins la déclaration de tous les avortements dans le cadre de la surveillance de la brucellose ;
-  les contrôles à l'introduction (achat, pension ou retour de pension,...) ;
 la surveillance des mortalités de ruminants et le dépistage des ESST en abattoir et à l'équarrissage.

Pour connaître les règles spécifiques applicables à votre département pour la campagne de prophylaxie 2009/2010, consultez sa page d'information :
Ain Drôme Loire Savoie Ardèche Isère Rhône Haute-Savoie

Bovins - la prophylaxie annuelle
 
Font l'objet d'un dépistage obligatoire : tuberculose, brucellose, leucose, IBR, hypodermose (varron).

Les modalités de la tuberculination (prophylaxie de la tuberculose bovine) sont liées à la fréquence de la tuberculose dans le département concerné au cours des six années précédentes ainsi qu'aux pratiques de l'élevage et à son historique sanitaire.

Les prises de sang (brucellose, leucose, IBR, sondage varron) dépendent du type de production :
- élevage laitiers qui livre en laiterie de manière continue : les analyses sont effectuées sur le lait de tank pour les adhérents au GDS,
- élevage allaitant ou producteurs fermier qui ne livrent pas en laiterie, ainsi que les éleveurs laitiers qui n'adhèrent pas au GDS : il est nécessaire de faire réaliser des prises de sang annuelles sur les bovins âgés de 24 mois et plus.

Dans le cas des troupeaux "mixtes" avec un atelier laitier et un atelier allaitant, les prises de sang concernent les bovins mâles âgés de 24 mois et plus et les femelles destinées à l'atelier allaitant âgées de 24 mois et plus.

Dans les élevages qui ont des bêtes positives vis-à-vis de l'IBR, les prises de sang sont obligatoire même si l'élevage livre du lait et concernent tous les animaux de 12 mois et plus. La vaccination annuelle de tous les animaux positifs vis-à-vis de l'IBR est obligatoire.

Le dépistage de la BVD n'est pas obligatoire en Rhône-Alpes. Il est toutefois proposé et/ou organisé par la plupart des GDS.
Bovins - la visite sanitaire bisanuelle

Visite d'évaluation des risques sanitaires prise en charge par la DDSV. Elle concerne :
- en 2009 : exploitations dont le numéro se termine par un chiffre pair ou le zéro.
- en 2010 : exploitations dont le numéro se termine par un chiffre impair (1, 3, 5, 7 et 9).
Pour les élevages concernés, il est recommandé de profiter de la visite sanitaire pour réaliser cette année là le Bilan Sanitaire d'Elevage qui permettra :
- au vétérinaire de rédiger les protocoles de prévention et de soins à mettre en oeuvre directement par l'éleveur pour les maladies auxquelles il est le plus fréquemment confronté sur l'exploitation,
- à l'éleveur d'utiliser en toute légalité les médicaments prescrits par le vétérinaire sans avoir à faire faire au vétérinaire une visite pour chaque animal malade.
Bovins - le contrôle à l'introduction
 
Un examen vétérinaire sur tout bovin introduit est obligatoire. Toutefois, en fonction de l'âge de l'animal, de sa provenance, de l'usage qu'on compte en faire (engraissement ou reproduction) et des qualifications de son troupeau les analyses ne sont pas les mêmes..

Comment procéder ?

Quel que soit l'âge du bovin, une visite vétérinaire s'impose. Le vétérinaire récupère a cette occasion la carte verte de l'animal et pratique les actes nécessaires : prise de sang pour l'IBR et si nécessaire la brucellose, tuberculination. Si le bovin provient d'une zone qui n'est pas indemne de varron, il réalise un traitement anti-parasitaire adapté. Dans le cas d'engraissement, il pourra décider avec vous de procéder directement à la vaccination IBR au lieu de faire une prise de sang.

Important : le GDS ré-édite les nouvelles cartes vertes pour les animaux lorsque les deux conditions suivantes sont réunies :
- les animaux ont été notifié en entrée (achat, prêt, pension) par internet, Bovitel Micro, ou notification papier,
- la visite d’introduction a été effectuée et ne présente pas d'anomalie.
Dans le cas où la visite est incomplète ou non-conforme, il convient d'abord de procéder à sa régularisation :. Ovins et caprins
Le rythme des prises de sang dépend de la situation vis-à-vis de la brucellose ovine et caprine au cours des 10 années précédentes dans le département ainsi que du type de production.

Pour les élevages qualifiés officiellement indemne de brucellose, le nombre d'animaux à prélever est de 25 % avec un minimum de 50, plus tous les béliers et tous les boucs et tous les animaux achetés depuis la prophylaxie précédente :


Troupeau
6 50 brebis ou chèvres
50 0 200 brebis ou chèvres
200 brebis ou chèvres et plus
achat ou intro de l'année
tous
tous
tous
males non castrés de + 6 mois
tous
tous
tous
femelles de + 6 mois
toutes
50
25% des brebis
 
 Porcins
Buvard ou prises de sang pour le selon les règles suivantes :
- élevage naisseur ou naisseur-engraisseur (hors sol ou plein air) : contrôle annuel de 15 porcins reproducteurs (ou tous les reproducteurs, si l’élevage en détient moins de 15) ;
- élevage sélection-multiplication et tout élevage diffusant des porcs reproducteurs ou futurs reproducteurs : contrôle trimestriel de 15 animaux reproducteurs ou futurs reproducteurs (ou la totalité si l’élevage en détient moins de 15) ;
- dans les sites d’élevage post-sevreurs et engraisseurs en plein air : contrôle annuel de 20 porcins charcutiers (ou de tous les porcs charcutiers, si l’élevage en détient moins de 20).
Les tarifs des prophylaxies
La tarification des actes de prophylaxie obligatoire n'est pas libre. Les tarifs sont fixés par une commission bipartite composée des représentants des usagers éleveurs (un représentant de la Chambre d'Agriculture et un représentant du GDS) et des vétérinaires (un représentant du Conseil Régional de l'Ordre Vétérinaire et un représentant d'un syndicat vétérinaire représentatif). La commission bipartite se réunit chaque année avant le début de la campagne sous l'égide du préfet représenté par le Directeur Départemental des Services Vétérinaires.