GDS de l'Isère GDS des Savoie GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Brucellose

Publié le 16/04/2012

Note dinformation relative à un cas de brucellose bovine diagnostiqué en Haute-Savoie

Un cas de brucellose a été diagnostiqué en Haute Savoie, dans une exploitation bovine laitière, le 06 avril 2012. Il y a une forte probabilité que la souche appartienne à Brucella melitensis biovar 3. Il l'agent typique de la brucellose chez les petits ruminants, et qui est l'espèce la plus pathogène pour l'homme. Elle provient du lait d’une vache ayant avorté. Tous les animaux de l’exploitation déclarée infectée seront abattus dans les meilleurs délais.
.
A ce jour [12 avril 2012], un total de 39 élevages font l’objet d’investigations particulières. Il s’agit des troupeaux ayant eu un contact direct ou indirect avec des animaux du foyer. Ces mesures permettent de réaliser des recherches à la fois sur l’origine et l’étendue de l’infection, tout en garantissant une maîtrise de la diffusion de la maladie. Il n’est pas exclu que d’autres élevages soient mis sous A.P.M.S. en fonction de l’enquête épidémiologique en cours, le nombre d’élevages en lien épidémiologique pouvant se révéler important du fait de la pratique d'estive et d'hiverne.
.
Par ailleurs, les produits au lait cru fabriqués avec le lait du troupeau sont retirés du marché avec opération de rappel auprès du consommateur par affichette sur les lieux de vente et communiqué de presse.
.
La brucellose est une zoonose majeure. Le cas confirmé en Haute-Savoie ainsi que le contexte déjà rappelé d’un cas humain présumé autochtone détecté en mars 2012 doivent inciter à porter une attention particulière au respect des mesures de surveillance réglementaires (prophylaxie et surveillance des avortements) et à sensibiliser en conséquence, les éleveurs, vétérinaires, GDS et autres organisations professionnelles.
.
Une information sera mise en ligne sur le centre de ressources de la Plateforme de surveillance épidémiologique en santé animale :
http://www.survepi.org/cerepi/
.
.
Ce cas doit nous rappeler à la vigilance en matière de surveillance des avortements.
.
Eleveurs et vétérinaires se doivent de respecter la réglementation en la matière en déclarant tout avortement, ceci pour les trois espèces de ruminants. Il convient de rappeler que les conséquences d'un relâchement peuvent être graves, tant sur le plan humain - la brucellose est une zoonose majeure, difficile à soigner et qui peut laisser des séquelles importantes - que sur le plan commercial : la multiplication de foyers risquerait de remettre en cause notre statut de pays officiellement indemne.
.

.
Source : d'après DGAL
.
Télécharger la Note d'Information :