GDS de l'Isère GDS des Savoie GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Brucellose

Publié le 24/05/2004

Brucellose porcine

La brucellose porcine
.
Voir également :

 la brucellose des ruminants
La brucellose des porcs est une maladie contagieuse qui se manifeste par des avortements. Elle est transmissible à l’homme et aux autres animaux d’élevage. En raison de sa gravité et de sa contagiosité la réglementation prévoit l’obligation de déclarer les suspicions et d’assainir les élevages atteints.
.
Il existe différentes espèces de Brucella responsables de la brucellose
.
La brucellose porcine est due à Brucella suis. Cette bactérie peut infecter les porcins domestiques ou sauvages, mais également le lièvre et les ruminants : cervidés, bovins, ovins, caprins... Pour l’homme, Brucella suis est très pathogène. Comme Brucella abortus et Brucella melitensis elle entraîne la “ fièvre de Malte ”.
.
Les principales espèces de Brucella et les espèces animales sensibles

.
Origines de la contamination des élevages
.
La faune sauvage est fréquemment à l’origine de la contamination A ce jour, plus d’une trentaine de foyers de brucellose porcine ont été identifiés en France. Ce sont les élevages en plein air, sans protection efficace vis-à-vis des sangliers qui sont le plus souvent atteints. La maladie serait introduite du fait de la saillie d’une truie par un sanglier. Le sperme des verrats et des sangliers infectés est contaminant. Une autre cause de contamination est l’ingestion par les porcs de cadavres des lièvres ou leurs placentas après un avortement brucellique.
 .
Lorsque la brucellose vient de contaminer un élevage elle se manifeste par des avortements. Puis les animaux s’immunisent et deviennent porteurs sains. On observe une rémission. Un élevage en bande unique stricte avec une désinfection et un vide sanitaire entre les bandes peu même s’assainir spontanément. Dans les autres cas l’infection persiste et la maladie sera périodiquement observée sur les animaux jeunes ou nouvellement introduits. Durant ce temps l’élevage infecté peut contaminer les exploitations voisines par le biais du matériel, de ruissellements, du ramassage des cadavres, des chiens ou d’autres animaux…
.
Les principaux symptômes
.
L’avortement et l’infécondité sont les principaux symptômes Chez les porcs par des avortements dus à la brucellose surviennent à tous les stades de gestation. Les portées sont réduites ou comportent des porcelets mort-nés. Les truies font également des métrites purulentes. Après guérison, la fécondité est très réduite.
.
Pour les verrats, la brucellose provoque une orchite qui peut évoluer vers la stérilité de l’animal.
.
La brucellose ne touche pas que les organes génitaux chez le porc : arthrites et abcès de la peau, des muscles, des reins ainsi que de la colonne vertébrale ! Ces abcès peuvent se former jusqu’à 3 mois après l’infection.
.
C’est à cause de la dissémination dans tout l’organisme que les viscères et le sang des porcs abattus à cause de la brucellose sont saisis et que la viande doit être cuite à plus de 65°C à cœur avant d’être consommée.
.
Dans les autres espèces, on retrouve les symptômes habituels de la brucellose : avortements pour les bovins, les ovins et les caprins.
.
Chez les chevaux la brucellose ne se localise pas dans l’appareil génital. Elle entraîne surtout des abcès qui une fois percés sont dangereux pour les personnes en contact avec les animaux.
.
La réglementation
.
La réglementation prévoit un diagnostic de certitude pour l'application des mesures d'assainissement
.
Téléchargez l'arrêté ministériel du 15/11/2005 :
 

Dispositions financières :
 
 
En cas de suspicion de brucellose, il faut faire des prises de sang et des prélèvements sur les animaux malades ou avortés (AM du 15/11/2005). Les avortements sont en effet le plus souvent dus à des causes comme la salmonellose, la leptospirose, la parvovirose, ou d’autres infections virales.
.
Si le diagnostic de brucellose est confirmé par le laboratoire, l’abattage des porcs et la désinfection des bâtiments sont indispensables pour l’assainissement. Pour les élevages en plein air la pose de clôtures est obligatoire. Enfin, il faut contrôler les autres espèces présentes sur l’exploitation. Les mesures d’abattage concernent tous les animaux infectés.
.
Pour les chiens, en cas de positivité le traitement avec des tétracyclines est obligatoire et doit être attesté par le vétérinaire.
.

ARRETE

ARRETE

ArrÛtÚ du 14 novembre 2005 fixant les mesures de police sanitaire relatives Ó la brucellose des suidÚs en Úlevage

 

NOR: AGRG0502586A

 

 

 

 

Le ministre de lÆÚconomie, des finances et de lÆindustrie et le ministre de lÆagriculture et de la pÛche,

 

 

Vu le code rural, et notamment les titres II et III du livre II ;

 

 

Vu le dÚcret n? 65-659 du 28 juillet 1965 rendant obligatoire la dÚclaration de certaines maladies animales ;

 

 

Vu le dÚcret n? 65-1166 du 24 dÚcembre 1965 portant rÞglement dÆadministration publique ajoutant Ó la nomenclature des maladies rÚputÚes contagieuses la brucellose dans lÆespÞce bovine, lorsquÆelle se manifeste par lÆavortement, et prescrivant les mesures sanitaires applicables Ó cette maladie, et notamment son article 5 ;

 

 

Vu le dÚcret n? 65-1177 du 31 dÚcembre 1965 modifiÚ relatif Ó la prophylaxie de la brucellose bovine, ovine et caprine et Ó la rÚglementation de la cession et de lÆutilisation des antigÞnes brucelliques ;

 

 

Vu le dÚcret n 2001-441 du 21 mai 2001 ajoutant la brucellose des suidÚs domestiques et sauvages Ó la liste des maladies des animaux rÚputÚes contagieuses ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 18 novembre 1965 prescrivant les modalitÚs de la dÚclaration obligatoire de certaines maladies animales ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 20 mars 1990 modifiÚ fixant les mesures techniques et administratives relatives Ó la police sanitaire et Ó la prophylaxie collective de la brucellose bovine ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 12 juillet 1990 fixant les conditions dÆagrÚment des laboratoires chargÚs dÆeffectuer les Úpreuves de recherche des brucelloses bovine, ovine et caprine ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 16 juillet 1990 fixant les conditions de prÚparation, de dÚtention, de cession et de contr¶le des antigÞnes destinÚs au diagnostic des brucelloses bovine, ovine et caprine ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 17 mars 1992 modifiÚ relatif aux conditions auxquelles doivent satisfaire les abattoirs dÆanimaux de boucherie pour la production et la mise sur le marchÚ de viandes fra¯ches et dÚterminant les conditions de lÆinspection sanitaire de ces Útablissements ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 13 octobre 1998 fixant les mesures techniques et administratives relatives Ó la prophylaxie collective et Ó la police sanitaire de la brucellose ovine et caprine ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 5 juin 2000 relatif au registre dÆÚlevage ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 7 novembre 2000 fixant les conditions de police sanitaire exigÚes pour la diffusion de semence porcine ;

 

 

Vu lÆarrÛtÚ du 27 ao¹t 2002 fixant les mesures financiÞres relatives Ó la lutte contre la brucellose des suidÚs domestiques et sauvages en Úlevage ;

 

 

Vu lÆavis de la Commission nationale vÚtÚrinaire (comitÚ consultatif de la santÚ et de la protection animales) en date du 15 septembre 2005 ;

 

 

Vu lÆavis de lÆAgence franþaise de sÚcuritÚ sanitaire des aliments en date du 21 juillet 2005 ;

 

 

Sur proposition de la directrice gÚnÚrale de lÆalimentation au ministÞre de lÆagriculture et de la pÛche,

 

 

 

Chapitre Ier : DÚfinitions.

 

 

Article 1

 

 

Au sens du prÚsent arrÛtÚ, on entend par :

 

 

- porcin : tout animal en Úlevage de la famille des suidÚs (Sus spp.) : porcs domestiques ou sangliers dÆÚlevage ;

 

 

- exploitation : tout Útablissement, toute construction ou, dans le cas dÆun Úlevage en plein air, tout lieu dans lequel des animaux sont dÚtenus, ÚlevÚs ou manipulÚs ;

 

 

- exploitation dÆengraissement : exploitation dÚtenant uniquement des porcins de rente ;

 

 

- cheptel porcin : lÆensemble des unitÚs de porcs ÚlevÚs aux mÛmes fins zootechniques ou expÚrimentales dans des bÔtiments ou sur des parcelles communes ;

 

 

- centre agrÚÚ de collecte de semence : Útablissement officiellement agrÚÚ et officiellement contr¶lÚ, rÚfÚrencÚ sous un numÚro dÆenregistrement vÚtÚrinaire, et dans lequel est produit du sperme destinÚ Ó lÆinsÚmination artificielle ;

 

 

- quarantaine agrÚÚe : quarantaine dÆentrÚe en centre de collecte de semence porcine agrÚÚe par le prÚfet (directeur dÚpartemental des services vÚtÚrinaires) ;

 

 

- porcin impubÞre : porcin ÔgÚ de moins de six mois ;

 

 

- porcin futur reproducteur : porcin ultÚrieurement destinÚ Ó la reproduction ;

 

 

- porcin reproducteur : porcin dÚjÓ utilisÚ pour la reproduction en vue de la multiplication de lÆespÞce ;

 

 

- porcin de rente : porcin destinÚ Ó lÆengraissement ou Ó lÆabattoir, quel que soit son Ôge ;

 

 

- dÚtenteur : toute personne physique ou morale responsable dÆau moins deux porcins, mÛme Ó titre temporaire ;

 

 

- Úpizootique : atteinte dÆun grand nombre dÆanimaux sur une courte pÚriode (quelques semaines) ;

 

 

- enzootique : atteinte dÆun grand nombre dÆanimaux sur une longue pÚriode (quelques mois).

 

 

Chapitre II : Dispositions gÚnÚrales.

 

 

Article 2

 

 

Le prÚsent arrÛtÚ dÚfinit les mesures Ó appliquer lorsque, dans une exploitation, un ou plusieurs porcins sont atteints de brucellose des suidÚs rÚputÚe contagieuse (dÚnommÚe brucellose dans la suite de lÆarrÛtÚ).

 

 

 

Article 3

 

 

Les Úpreuves de diagnostic de la brucellose des porcins ne peuvent Ûtre effectuÚes que par les seuls laboratoires agrÚÚs pour la recherche de la brucellose bovine, ovine et caprine au titre de lÆarrÛtÚ du 12 juillet 1990 susvisÚ, et conformÚment aux mÚthodes et techniques recommandÚes par le laboratoire national de rÚfÚrence des brucelloses animales.

 

 

LÆengagement du responsable du laboratoire agrÚÚ, tel que prÚvu Ó lÆarticle 3 de lÆarrÛtÚ du 12 juillet 1990 susvisÚ, est applicable mutatis mutandis aux Úpreuves de recherche de la brucellose des porcins.

 

 

Article 4

 

 

Le directeur du laboratoire agrÚÚ transmet sans dÚlai les rÚsultats des Úpreuves de diagnostic/dÚpistage de la brucellose porcine au directeur dÚpartemental des services vÚtÚrinaires. Ce dernier notifie les rÚsultats des Úpreuves de diagnostic au dÚtenteur ou au propriÚtaire des animaux, au vÚtÚrinaire sanitaire de lÆexploitation ainsi quÆau responsable dÚpartemental du groupement de dÚfense sanitaire pour ce qui concerne ses adhÚrents.

 

 

 

Article 5

 

 

Pour la recherche de la brucellose des porcs, sont autorisÚes les mÚthodes suivantes :

 

 

a) Le diagnostic bactÚriologique avec isolement et identification de la souche de Brucella ;

 

 

b) Le diagnostic sÚrologique par Úpreuve Ó lÆantigÞne brucellique tamponnÚ (EAT) ou par lÆÚpreuve de fixation du complÚment (FC) ;

 

 

c) Toute autre mÚthode de diagnostic autorisÚe par le ministre chargÚ de lÆagriculture.

 

 

Article 6

 

 

Les rÚactifs destinÚs au diagnostic de la brucellose porcine doivent satisfaire aux conditions de prÚparation, de cession et de contr¶le dÚfinies par lÆarrÛtÚ du 16 juillet 1990 susvisÚ.

 

 

 

Article 7

 

 

Toute intervention thÚrapeutique ou dÚsensibilisante de nature Ó modifier les rÚsultats des Úpreuves de diagnostic de la brucellose porcine ou lÆÚvolution de lÆinfection est interdite.

 

 

 

Article 8

 

 

La vaccination des porcins contre la brucellose est interdite.

 

 

 

Article 9

 

 

Il incombe aux propriÚtaires et aux dÚtenteurs des animaux ou Ó leurs reprÚsentants de prendre toutes dispositions nÚcessaires pour aider Ó la rÚalisation des mesures prescrites par le prÚsent arrÛtÚ, notamment en assurant la contention de leurs animaux et, conformÚment Ó la rÚglementation en vigueur, leur identification et leur recensement.

 

 

Si besoin est, en particulier lors de la dÚfaillance dÆun Úleveur et Ó la demande du directeur dÚpartemental des services vÚtÚrinaires, les organismes Ó vocation sanitaire, en ce qui concerne leurs adhÚrents, ou dÆautres organisations professionnelles agricoles concernÚes, apportent leur concours Ó la rÚalisation desdites mesures.

 

 

Chapitre III : Suspicion

 

 

Section 1 : Circonstances de suspicion dÆinfection dÆun cheptel.

 

 

Article 10

 

 

Un cheptel est suspect dÆÛtre infectÚ de brucellose porcine en cas :

 

 

a) De constatation, notamment dans les cheptels porcins en plein air et Ó lÆexception des centres agrÚÚs de collecte de semence et des locaux de quarantaine agrÚÚs, dÆavortements, dÆorchites ou de tout autre trouble de la reproduction Ó caractÞre enzootique ou Úpizootique associÚ Ó des rÚsultats positifs aux Úpreuves de diagnostic sÚrologique de la brucellose autorisÚes par le ministre chargÚ de lÆagriculture ;

 

 

b) Ou de constatation, dans un centre agrÚÚ de collecte de semence porcine ou dans un local de quarantaine agrÚÚ, de rÚactions sÚrologiques positives telles que dÚfinies par instruction du ministre chargÚ de lÆagriculture ;

 

 

c) Ou de mise en Úvidence dÆun lien ÚpidÚmiologique avec une exploitation reconnue infectÚe de brucellose, conformÚment aux dispositions du chapitre IV, section 3, du prÚsent arrÛtÚ.

 

 

Article 11

 

 

Tout propriÚtaire ou toute personne ayant, Ó quelque titre que ce soit, la charge des soins ou la garde de tout ou partie des animaux dÆun cheptel porcin suspect dÆÛtre infectÚ de brucellose est tenu, en application de lÆarticle L. 223-5 du code rural, dÆen faire la dÚclaration au vÚtÚrinaire sanitaire de son exploitation ou aux services vÚtÚrinaires du dÚpartement o¨ est situÚe lÆexploitation.

 

 

 

Article 12

 

 

Tout vÚtÚrinaire ou toute personne ayant procÚdÚ Ó des examens ou des analyses permettant de suspecter ou dÆÚtablir lÆexistence de la brucellose dans un cheptel porcin est tenu dÆen informer sans dÚlai le directeur dÚpartemental des services vÚtÚrinaires du dÚpartement o¨ se trouve lÆanimal et de lui communiquer toutes les informations dont il dispose.

 

 

 

Section 2 : Mesures dans lÆexploitation suspecte.

 

 

Article 13

 

 

Lorsque, dans un cheptel porcin, la brucellose est suspectÚe sur un ou plusieurs animaux, le prÚfet prend sur proposition du directeur dÚpartemental des services vÚtÚrinaires un arrÛtÚ de mise sous surveillance de lÆexploitation, qui entra¯ne lÆapplication des mesures suivantes

A lire aussi...

Brucellose porcine