GDS de l'Isère GDS des Savoie GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

La maladie

Publié le 09/11/2016

La Rhinotrachéïte Infectieuse Bovine (IBR)

L’IBR (Infectious Bovine Rhinotracheitis soit en français Rhinotrachéïte Infectieuse Bovine) est une maladie qui se manifeste par des épidémies d’infections pulmonaires. Elle est due à un herpes-virus qui n'atteint que les bovins : le Bov-HV1. Chez les animaux infectés, ce virus est également responsable d'avortements et d'infécondité. C'est pourquoi on apelle l'IBR également IPV pour vulvo-vaginite pustuleuse infectieuse.

Les principaux symptômes sont une rhinite purulente puis nécrotique pouvant entrainer la mort des bovins lorsque la maladie se diffuse brutalement dans un lot de bovins. On observe également des vaginites pustuleuses à l'origine d'infécondité et des avortements principalement aux environs du 5ème mois de gestation (photos Bayer Health Care).

Cependant la plupart des animaux infectés n’auront pas de signes visibles de la maladie après avoir été infectés. Ils ne se débarrassent jamais complètement du virus et deviennent des "porteurs sains". Habituellement, ils ne sont pas spécialement contagieux pour les autres bovins. Mais ils peuvent redevenir contagieux en cas de stress important ou si l'immunité devient insuffisante : vêlage, traitement aux corticoïdes, mais surtout transport, stress, parasitisme pulmonaire...

La contamination entre bovins se fait surtout par contact direct car le virus ne survit pas plus d'une dizaine de minutes à l'air libre et sous l'action des UV : léchage, saillie et inhalation des aérosols produits par les animaux malades. On estime qu'il existe des risques sérieux de transmission du virus IBR par voie aérienne jusqu'à 4 mètres de distance. Dans quelques rares cas, une transmission par le matériel a été mise en cause.

Un cas très particulier de contamination mère-veau est aussi possible : lorsqu'une mère porteuse du virus de l'IBR vêle, elle est succeptible de transmettre à son veau le virus. Lors de la prise colostrale, le veau absorbe des anticorps lui permettant de se protéger de la maladie. Grâce aux anticorps maternels, tout se passe comme si le veau avait éliminer le virus. Mais le virus reste tapis dans les ganglions nerveux. De ce fait, le veau ne développe pas d'anticorps propres contre le virus, tout en étant un "porteur sain" ou "latent" et sera séro-négatif aux prises de sang à partir de 4 mois. C'est plus tard, à l'occasion d'un stress (transport, vêlage,...) que le virus sera réactivé et pourra contaminer d'autres animaux, et que le bovin deviendra séro-positif. Aussi la seule manière de se protéger vis-à-vis de cette éventualité est de n'acheter des bovins que nés dans les élevages bénéficiant d'une qualification indemne d'IBR, c'est à dire dans lesquels il n'y a eu aucune circulation
du virus IBR depuis au moins 2 prophylaxies.

Les étapes de l'infection par l'IBR sur un bovin