Image de Banniere

Bovin

Bovin: identification électronique pour tous

Derniére mise à jour le : 28/01/2019

Identification électronique des bovins: ouverture à tous les éleveurs en 2010

Pour répondre à la demande, le comité de pilotage « identification électronique des bovins » a défini les règles générales nécessaires à l'ouverture de l'identification électronique pour tous les détenteurs de bovins volontaires. Une campagne de communication est en cours de réalisation pour informer les acteurs. Les pré-requis techniques pour le lien avec les automates de fermes existants impliquent le développement de mesures d'accompagnement pour une valorisation efficace de cette technologie. La réussite de l'opération passe également par un travail en collaboration avec les fabricants de matériel.

Les projets pilotes débutés en 2007 pour tester les valorisations de l'identification électronique des bovins en élevage et au long de la filière arrivent à leur terme. Il est nécessaire de continuer à approvisionner en repères électroniques les éleveurs qui ont adapté leurs équipements d'élevage à ces identifiants.

Des repères électroniques de type pendentif sont actuellement en cours d'agrément. Les premiers résultats sont positifs, ces repères pourraient être agréés en juillet 2010.

Enfin, les éleveurs qui prévoient de s'équiper en automates souhaiteraient pouvoir poser des identifiants électroniques officiels pour ne pas investir dans des identifiants spécifiques coûteux.

Compte tenu de ces éléments, le comité de pilotage « identification électronique des bovins » réuni les 10 décembre 2009 et 18 février 2010 a décidé, en accord avec les positions de la Commission Elevage, de mettre en oeuvre les éléments nécessaires à l'ouverture de l'identification électronique pour les bovins en 2010, sur la base du volontariat des éleveurs.

Les règles générales définies


 Repères de naissances : pour les éleveurs qui choisissent l'électronique, 100% des paires commandées annuellement pour les naissances seront hybrides (une boucle conventionnelle et une boucle électronique).

 Pour les animaux déjà identifiés avec des repères conventionnels, la possibilité de poser un repère électronique est ouverte. Les éleveurs pourront choisir les animaux sur lesquels ils souhaitent poser une boucle électronique et à quel moment commander ces repères. Cependant, pour éviter les stocks en élevages, les boucles électroniques devront être posées dans les mêmes délais après la réception de la commande que les boucles de rebouclage.

Une campagne de communication

Un plan de communication a été défini afin d'informer les acteurs de ce nouveau moyen d'identification et des bénéfices qui peuvent en être tirés. Plusieurs supports vont être développés ; des vidéos destinées aux opérateurs d'amont et d'aval, des plaquettes d'informations (sur les utilisations possibles, les règles globales d'utilisation et les considérations à prendre en compte avant de s'équiper), une conférence de presse et des stands au SPACE et au Sommet de l'élevage en 2010.

Les pré-requis techniques pour le lien avec les automates existants en élevage

Deux technologies de boucles électroniques sont disponibles sur le marché, les HDX et les FDX les deux correspondent à la norme ISO. Les lecteurs installés sur les automates d'élevage actuels (présents sur les exploitations ou à la vente) peuvent être compatibles avec les repères HDX, les repères FDX, les deux (compatibilité full ISO) ou aucun des deux.

De plus, il est possible que l'emplacement du lecteur sur l'automate ne soit pas adapté aux boucles auriculaires. Enfin, le logiciel de l'automate peut ne pas être programmé pour recevoir les 25 chiffres encodés dans les boucles électroniques, certains fonctionnent avec 8 ou 12 chiffres.

Aujourd'hui, pour un fonctionnement avec le plus grand nombre d'automates, les EDE devraient donc être en capacité de fournir les deux types de standards (HDX et FDX).

Le comité de pilotage a décidé de définir des mesures d'accompagnement pour les éleveurs et d'alerter les fabricants d'automates.

Un accompagnement sur le terrain

La déconnection entre la fourniture des automates de ferme et celle des identifiants électroniques nécessite des connaissances minimum sur la technologie RFID pour en tirer les meilleurs bénéfices. Compte tenu de la variabilité des situations et du matériel sur le terrain, l'accompagnement des éleveurs dans cette démarche est indispensable à la réussite de la généralisation de la RFID. Cet accompagnement porte d'une part sur la formation des agents de terrain mais également sur celle des fournisseurs de matériel. D'autre part, il sera nécessaire de proposer aux éleveurs intéressés par l'identification électronique officielle des outils d'aide à la décision pour ceux qui envisagent d'acquérir du matériel neuf et des outils de réalisation d'un diagnostic du matériel présent sur l'exploitation pour ceux qui sont déjà équipés d'automates.

Ce besoin a été pris en compte par le comité de pilotage et des réponses pourront être apportées notamment grâce au bilan des projets pilotes.

Une rencontre avec les fabricants d'automates

Le 18 février 2010, les fabricants d'automates de ferme ont été invités à rencontrer les membres du comité de pilotage afin d'échanger sur l'ouverture de l'identification électronique officielle, les objectifs définis et les moyens qu'ils pourraient mettre en oeuvre pour y répondre. Le président du comité de pilotage leur a exprimé l'attente des éleveurs, à savoir l'utilisation d'un seul et unique identifiant officiel pour tous les automates de l'exploitation. Il est donc nécessaire qu'ils fournissent au plus vite du matériel compatible avec les deux standards de repères (compatibilité full ISO). De plus, le comité de pilotage leur a fait part du besoin d'expertise sur le matériel existant, y compris pour les revendeurs. La formation des vendeurs de matériel pour fournir un conseil fiable et précis aux acheteurs est une des clés de la réussite du système.

L'ouverture de l'identification électronique à tous les éleveurs bovins répond à un besoin précis. Il est probable que la demande ne soit pas très importante dès cette année (2010) mais sera progressive à mesure que les éleveurs identifieront l'ensemble des utilisations possibles et s'équiperont en matériel adapté à la lecture et la valorisation ces repères.

Source et renseignements : APCA - Carine  LOTOUT





GDS Rhône-Alpes

Adresse postale : 23 rue Jean Baldassini - 69364 Lyon Cedex 07

Tel: 04 72 72 49 51 - Mail : contact@frgdsra.fr

GDS 38 : 09 74 50 85 85

GDS des savoie : 04 79 70 78 24

GDS 74 : 04 79 70 78 24

GDS 69 : 04 78 19 60 60

GDS 42 : 04 77 92 12 38

GDS 01 : 04 74 25 09 91

GDS 26 : 04 75 78 48 30

GDS 07 : 04-75-64-91-85