Image de Banniere

Bovin

Boucles d'identification: bilan des projets pilotes

Derniére mise à jour le : 01/08/2010

Identification électronique des bovins: l'institut dresse le bilan de 3 année de projets pilotes

En 2006, les organisations professionnelles de la filière bovine et le Ministère de l'Agriculture ont conjointement souhaité disposer d'une expertise et de références techniques sur l'utilisation de l'identification électronique en conditions réelles par tous les acteurs de la filière bovine.

Les projets pilotes ont alors vu le jour, impliquant 21 départements, 330 éleveurs et 5 stations expérimentales. Au final, 55 000 animaux ont été bouclés avec des boucles intégrant une puce électronique et 51 applications pour l'élevage mais aussi les centres de rassemblements, les marchés aux bestiaux et les abattoirs ont été testées.

En élevage, les thématiques analysées lors des projets pilotes sont : le lien avec les logiciels de gestion de troupeau, l'assistance à la traite, le lien avec les automates, l'utilisation lors du contrôle laitier, l'automatisation de la pesée, l'automatisation du tri.


Lecture des boucles électronique au poste de traite avec un lecteur fixe positionné au dessus de la tête de l'animal.


Cage de pesée aménagée pour un enregistrement automatique des poids des animaux.

Chez les opérateurs de l'aval, les thématiques étudiées sont le chargement et le déchargement des bovins pour les centres de rassemblement, l'utilisation de lecteurs portables par les négociants, le renforcement de la traçabilité sur un marché, et à l'abattoir le contrôle des animaux en bouverie et la saisie du numéro sur la chaîne d'abattage.


Portique actionné par un verrin piloté par boitier de pesée et de pilotage du tri (en médaillon). Après pesée et reconnaissance du numéro du bovin, ceux-ci sont dirigés vers l'un des deux parcs (sur la gauche ou la droite).

Les projets pilotes ont montré que pour tirer profit de l'identification électronique, il est nécessaire de maîtriser la lecture, le transfert des numéros vers l'appareil qui les valorise, et la valorisation (traitement informatique ou déclenchement d'automate). D'autre part, pour tous les maillons de la filière, les valorisations reposent généralement sur de la lecture fixe. Assurer son intégration dans les structures existantes permet d'optimiser la lecture. Enfin, les matériels doivent être interopérables pour une utilisation à l'échelle de la filière. L'utilisation de standards techniques est indispensable.

Après trois ans d'expérimentations, la RFID est perçue comme un outil au fort potentiel d'applications pour les éleveurs comme pour les opérateurs de l'aval. Cependant les attentes sont nuancées selon les acteurs de la filière. En cas de dématérialisation des documents d'accompagnement des bovins, la RFID pourra également faciliter le retour des informations d'identification et de traçabilité auprès des acteurs de la filière.

Vous pouvez télécharger le rapport final et les rapports régionaux des projets pilotes sur le site de l'institut de l'élevage à l'adresse :

http://bit.ly/identification_electronique_bovine.


Source : d'après communiqué de l'Institut de l'Elevage
pdf_DOC_FINAL_RFID.pdf




























GDS Rhône-Alpes

Adresse postale : 23 rue Jean Baldassini - 69364 Lyon Cedex 07

Tel: 04 72 72 49 51 - Mail : contact@frgdsra.fr

GDS 38 : 09 74 50 85 85

GDS des savoie : 04 79 70 78 24

GDS 74 : 04 79 70 78 24

GDS 69 : 04 78 19 60 60

GDS 42 : 04 77 92 12 38

GDS 01 : 04 74 25 09 91

GDS 26 : 04 75 78 48 30

GDS 07 : 04-75-64-91-85