Image de Banniere

Bovitel

Utiliser internet pour la notification des bovins

Derniére mise à jour le : 17/09/2004

17/09/2004 Identification bovine
.
Article publié dans...

.
Depuis la centralisation au niveau national des données de l’identification bovine, une extrême rigueur est de mise dans la notification.
.
Témoignage de Gilles et Isabelle Costa Roch, éleveurs laitiers à Massieu (Isère)
.
Pour en savoir plus sur la notification avec ORANI-WEB...
« Nous utilisons internet pour la notification des bovins »
.
« Auparavant, nous notifions tous les mouvements bovins par Fax au GDS. Il fallait garder les Fax envoyés jusqu’à réception de la carte verte, ce qui faisait de la paperasse en plus. De plus, les éléments que nous notions étaient ressaisis par le GDS ce qui multipliait les risques d'erreur. Depuis que nous nous sommes mis en Gaec avec mon associé, nous avons décidé de passer à la notification par Internet. Nous utilisons Orani-web, un système développé dans plusieurs départements. C’est pratique et rapide. Nous pouvons savoir immédiatement si une sortie a bien été notifiée, ce qui n’était pas possible avec le fax. Et puis, les erreurs de saisies sont limitées : quand nous signifions une naissance par exemple, nous n’avons pas à rentrer nous-même le numéro à 10 chiffres du veau. Les numéros des boucles que nous commandons une fois par an sont préenregistrés dans le système. Il ne nous reste plus qu’à cliquer sur le bon. Enfin, cela nous permet de sortir n’importe quand une liste à jour du troupeau. Nous en avons eu besoin récemment pour un contrôle d’assurance. »
.
.
Le point sur la BDNI
.
.
Les données d'identification bovine sont désormais centralisées au niveau d’une banque nationale. Toute erreur de notification bloque l'émission des passeports et des cartes vertes, ainsi que le versement des primes.
.

Créée en 1999, la base de données nationale de l’identification (BDNI) centralise les données de l’identification bovine en France. « Jusqu’en juillet 2004, la BDNI était en rodage, explique Béatrice Cocheril, responsable de l’identification bovine au Groupement de Défense Sanitaire (GDS) de l’Isère. Les structures locales (EDE, GDS, ARSOE…) pouvaient encore éditer les passeports ou les cartes vertes des animaux sans son autorisation. Mais désormais, tous les documents sont édités par cette structure centralisée. La moindre erreur de notification bloque l’édition des documents d’un bovin, et par la même occasion, l’attribution des primes qui lui sont liées. »
.
..Notifier tous les événements
.
Il est primordial de signaler tout mouvement d’animaux sur l’exploitation. « Si la sortie d’une vache achetée par un éleveur n’a pas été signalée par son élevage d’origine, l’animal ne pourra pas recevoir sa nouvelle carte verte, met en garde Béatrice Cocheril. De plus, l’édition des documents de ses futurs veaux ne pourra être réalisée. » Les délais de notification sont de sept jours aussi bien pour les naissances que pour les achats, les pensions et les sorties. Des pénalités financières sont appliquées à partir d’un simple contrôle de la BDNI par la DDAF.
.
..Vérifier la cohérence des dates
.
Des erreurs de date peuvent avoir de lourdes conséquences. « La date de sortie d’un bovin transmise à la BDNI doit être identique à celle inscrite sur la carte verte au moment de la vente, rappelle Béatrice Cocheril. Elle doit aussi être antérieure à la date d’entrée du bovin dans un autre élevage. » De même, attention à ce que la date de sortie d’un animal ne doit pas être postérieure à la date qui figure sur le ticket d’abattage. Dans ce cas, la prime à l’abattage risquerait d’être bloquée.
.
..Attention aux passeports et aux boucles
.
Aucun animal ne peut circuler sans passeport. Il est donc impératif de réclamer ce document, ainsi que la carte verte avant que le bovin ne quitte l’exploitation. En outre, la date de sortie du bovin doit être inscrite au verso du passeport. C’est très important pour les broutards car le ministère a annoncé qu’aucun sujet ne pourrait être exporté sans ces mentions.
Bien vérifier le sexe des individus lorsqu’on reçoit les documents d’élevage. « S’apercevoir que le bovin noté mâle est en fait une femelle peut avoir de graves conséquences financières si entre temps, il a bénéficié de la prime aux jeunes bovins », met en garde Béatrice Cocheril. Enfin, surveiller le bouclage des animaux régulièrement est primordial. Un bovin qui a perdu ses deux boucles risque d’être synonyme d’amende et de perte de prime.
.
Emilie Orieux























GDS Rhône-Alpes

Adresse postale : 23 rue Jean Baldassini - 69364 Lyon Cedex 07

Tel: 04 72 72 49 51 - Mail : contact@frgdsra.fr

GDS 38 : 09 74 50 85 85

GDS des savoie : 04 79 70 78 24

GDS 74 : 04 79 70 78 24

GDS 69 : 04 78 19 60 60

GDS 42 : 04 77 92 12 38

GDS 01 : 04 74 25 09 91

GDS 26 : 04 75 78 48 30

GDS 07 : 04-75-64-91-85