Image de Banniere

Caprin maladie toxoplasmose

La toxoplasmose

Derniére mise à jour le : 09/07/2019

La toxoplasmose est une maladie abortive des petits ruminants. Elle peut également toucher d'autres espèces et est transmissible à l'homme.


La toxoplasmose est due à un parasite intra-cellulaire : Toxoplasma gondii. L'hôte définitif du cycle est le chat. Ce dernier excrète dans ses fèces des œufs pendant 1 mois après son infestation. Il est ensuite immunisé et n’est plus excréteur.Les œufs sont résistants jusqu'à 2 ans dans le milieu extérieur. Les ruminants se contaminent le plus souvent par ingestion d'aliments ou d'eau souillés par les excréments de chats parasités.

Des symptômes uniquement en cas de gestation

 
La maladie passe généralement inaperçue chez les adultes (hyperthermie). Pour les femelles gestantes, les conséquences de l’infestation varient selon le stade de gestation : mortalité embryonnaire au début, avortements et momifications au milieu, quelques avortements et des nouveau-nés faibles en fin de gestation.Une fois contaminés, les animaux acquièrent une immunité protectrice durable. Une femelle immunisée n’avortera pas en cas de nouvelle exposition au parasite. Il faut faire attention dans un troupeau sensible, où une infection peut engendrer beaucoup d'avortements.

 
Le diagnostic passe par des analyses en laboratoire

 
Pour rappel, dans le cadre de la surveillance de la brucellose des petits ruminants, les avortements sont à déclaration obligatoire à partir d’une série de 3 avortements sur une période de 7 jours. D'un point de vue clinique, la toxoplasmose n'a pas de signe spécifique sur les produits de l’avortement. Les analyses en laboratoire sont donc indispensables pour un diagnostic de certitude. La PCR, qui recherche directement le parasite, est à privilégier. Elle est réalisée sur les organes de l'avorton (surtout l'encéphale). Mais, la répartition du parasite étant très hétérogène, un résultat négatif ne permet pas d'écarter la maladie, il faut multiplier les analyses (3 prélèvements) pour limiter le risque de faux négatifs.Une analyse sérologique, recherche d'anticorps, pour essayer de mettre en évidence une circulation récente du parasite, peut être un plus.

Etre vigilant sur la qualité de l’eau et la conservation des aliments

 En cas de série d'avortements, il n'existe pas de traitement efficace. Le meilleur moyen de lutte reste la prévention avec la maîtrise générale de l'hygiène : en évitant la présence de chatons et en stockant les aliments à l'abri des nuisibles et des chats. La gestion sanitaire autour des mises-bas est également indispensable: isoler les femelles avortées et détruire les produits d'avortement.Il existe un vaccin uniquement pour les brebis.


Aurore Tosti

 









GDS Rhône-Alpes

Adresse postale : 23 rue Jean Baldassini - 69364 Lyon Cedex 07

Tel: 04 72 72 49 51 - Mail : contact@frgdsra.fr

GDS 38 : 09 74 50 85 85

GDS des savoie : 04 79 70 78 24

GDS 74 : 04 79 70 78 24

GDS 69 : 04 78 19 60 60

GDS 42 : 04 77 92 12 38

GDS 01 : 04 74 25 09 91

GDS 26 : 04 75 78 48 30

GDS 07 : 04-75-64-91-85